Manuel ULLOA COLONIA


Manuel Ulloa Colonia, directeur artistique de la compagnie, a crée des spectacles à Paris et à Mexico, dont Désert et Dormeuses, de Cutberto López Reyes ; Ma vie de chandelle et Toxic Azteca Songe, de Fabrice Melquiot. Il a produit et joué dans Bétes, chiennes et autres créatures, de LEGOM, animé des ateliers de théâtre et dirigé des lectures publiques. Sur le volet éditorial, il dirige les éditions Le Miroir qui fume, maison qui a édité, depuis 2004, plus d'une vingtaine de pièces de théâtre mexicain contemporain.

jeudi 25 avril 2013

Ce vendredi 26 avril à 20h30 c'est la dernière !

Ne ratez pas cette pièce poignante et drôle sur les rapports homme-femme en temps de crise
Réservez vite vos places pour la dernière représentation au Colombier : 01 43 60 72 81

lundi 22 avril 2013

C'est pas nous qui le disons ! ;D

"A ne surtout pas rater :
Betês, chiennes et autres créatures, de Luis E. Gutiérrez Ortíz Monasterio

Une, pièce de théâtre mexicaine, au texte poignant, sincèrement et généreusement bien interprétée par 2 acteurs de talent Manuel Ulloa Colonia et Paola Córdova. 
Superbe mise en scène de Giovanni Ortega. 
J'ai passé un moment fort et émouvant! MERCI!
Plus que 3 dates"
Alexandra Petry 

(Post sur le mur Facebook Le Miroir qui fume)
 

dimanche 14 avril 2013

On y est !!! Bêtes, chiennes et autres créatures, de LEGOM, c'est du 19 au 26 avril à Belleville (Paris) et Bagnolet (93)


 

« Entre réalisme et stylisation, cette histoire de couple sud-américain atteint, avec une grande élégance, une dimension universelle et poignante. Il s’agit d’un couple, dont l’inadéquation est évidente au premier regard, et la rupture inéluctable. Le parcours de chacun 
entre le début et la fin de la pièce les amène à inverser leur rapport de force.
Lui, si machiste, dominateur et arrogant même s’il est malade, elle si dépendante et soumise, 
tous deux se métamorphosent. La pièce est avant tout l’histoire de cette mutation qui le rend 
lui extrêmement faible, et elle enfin libre et fière.
Cela passe par un jeu très intense des corps, un sens des silences et des postures 
qui correspondent aux changements de leur psychisme et de leur relation. 
Pas de fioritures, le minimum d’accessoires et de décor, simplement une lumière 
qui varie davantage dans les yeux et le corps des acteurs que dans les projecteurs ».

Michel De Peyret (Nouvelle République)

https://www.facebook.com/LeMiroirQuiFume

mercredi 10 avril 2013

Avant-goût de Bêtes, chiennes et autres créatures, de LEGOM, du 19 au 26 avril à Belleville et Bagnolet !


Teaser du spectacle sur Vimeo

Ils sont là
un homme, une femme
dans une histoire imposible
comme sur un ring, un match de boxe en trois parties
avec dépendance, dépendance de l'autre, a la drogue,
à la maladie, au sexe...
en mal d'amour
en mal de vie
largués, perdus, avec parfois la haine, la violence
pour dire leur mal-etre et leur envie de tout foutre en l'air.
" Si l'amour était une aile"
 
(Extrait de la préface de Véro Dahuron. Texte publié aux éditions Le Miroir qui fume)

samedi 6 avril 2013

Bêtes, chiennes et autres créatures, de LEGOM, c'est du 19 au 26 avril à Belleville (Paris) et Bagnolet (93)


« Entre réalisme et stylisation, cette histoire de couple sud-américain atteint, avec une grande élégance, une dimension universelle et poignante. Il s’agit d’un couple, dont l’inadéquation est évidente au premier regard, et la rupture inéluctable. Le parcours de chacun 
entre le début et la fin de la pièce les amène à inverser leur rapport de force.
Lui, si machiste, dominateur et arrogant même s’il est malade, elle si dépendante et soumise, 
tous deux se métamorphosent. La pièce est avant tout l’histoire de cette mutation qui le rend 
lui extrêmement faible, et elle enfin libre et fière.
Cela passe par un jeu très intense des corps, un sens des silences et des postures 
qui correspondent aux changements de leur psychisme et de leur relation. 
Pas de fioritures, le minimum d’accessoires et de décor, simplement une lumière 
qui varie davantage dans les yeux et le corps des acteurs que dans les projecteurs ».

Michel De Peyret (Nouvelle République)

Ils sont là
un homme, une femme
dans une histoire imposible
comme sur un ring, un match de boxe en trois parties
avec dépendance, dépendance de l'autre, a la drogue,
à la maladie, au sexe...
en mal d'amour
en mal de vie
largués, perdus, avec parfois la haine, la violence
pour dire leur mal-etre et leur envie de tout foutre en l'air.
" Si l'amour était une aile"

(Texte publié aux éditions Le Miroir qui fume)

lundi 1 avril 2013

Retransmission de TOXIC AZTECA SONGE sur France Culture

Écoutez, réécoutez ou podcastez Toxic Azteca Songe, de Fabrice Melquiot, une production de France Culture dont Le Miroir qui fume a été à l'origine. C'est du lundi 1au vendredi 12 avril de 20h30 à 20h55 !